En voyage, j'apprends à sortir de ma zone de confort
Développement personnel

10 leçons que j’apprends en voyage

Cet article vous a plu ? Dites-le au monde entier !
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

Hello les Audacieuses ! Pour celles qui sont abonnées à la newsletter, vous savez déjà que je suis partie passer 3 mois en Asie. J’ai toujours rêvé de faire un grand voyage, tout en ayant une « bonne raison » de ne pas le faire (pas de congés, pas d’argent, pas envie de partir seule). Mais depuis que je me suis mise à mon compte, une petite voix dans ma tête me répétait sans cesse « si tu peux travailler de chez toi, tu peux travailler de n’importe où ». J’ai donc fini par me jeter à l’eau et sortir une nouvelle fois de ma zone de confort. J’ai pris mon billet d’avion et me suis envolée pour la Thaïlande, afin de m’immerger dans une culture qui m’est totalement inconnue. Et chaque jour de voyage j’apprends une nouvelle leçon de vie que je partage avec vous cette semaine.

J’apprends que mon essentiel tient dans un sac à dos

Et oui, si vous me lisez depuis quelques mois vous savez que je ne suis pas du genre à m’encombrer. Vous vous doutiez donc bien que je n’allais pas partir avec une énorme valise ! J’ai choisis un sac à dos de 30 litres pour emporter avec moi mon essentiel. C’est-à-dire quelques vêtements, mes affaires de toilette, mon ordinateur et mon bullet journal. Jusqu’à maintenant je n’ai manqué de rien. Et c’est un vrai plaisir de voyager aussi léger !

Mon sac à dos et moi en train de chercher un pied-à-terre à Koh Phangan

J’apprends à repartir de zéro

Je ne suis pas une grande globe-trotteuse, mais j’ai tout de même voyagé un peu en Angleterre et en Allemagne. Et je parle aussi couramment Anglais. J’avais fini par me reposer un peu sur mes acquis et je ne me sentais plus vraiment en difficulté dans ces pays.

Depuis 10 jours que j’ai atterri à Bangkok, j’apprends donc à repartir de zéro et ça fait un bien fou ! La langue et l’alphabet me sont totalement inconnus. Les Thaïs conduisent à gauche. Je dois systématiquement me concentrer pour convertir le Baht (monnaie Thaïlandaise) en Euros, etc. C’est bon pour les neurones tout ça !

J’apprends à me dépasser

Je ne vous apprendrais pas qu’en Thaïlande il fait chaud. Très chaud ! Et pour moi, me déplacer avec mon sac à dos (aussi petit soit-il) par cette chaleur a été dur au début. Prendre le train, marcher pour trouver un hôtel ou une guesthouse, etc. Mais se dépasser physiquement fait aussi partie du voyage !

Je me souviens notamment de l’ascension des 396 marches menant au temple Wat Thammikaram, qui surplombe la ville de Prachuap Khiri Khan. Ce jour-là il y avait un soleil de plomb, mais mes efforts ont été récompensés par la vue superbe sur la ville et sa baie.

J’apprends à ne pas tout contrôler

Quand on vit seule, on peut faire les choses à sa manière. Et ma manière est plutôt dans l’anticipation. J’aime prévoir, planifier et je n’aime pas être prise au dépourvu. Mais je ne voyage pas seule… Je suis partie avec mon homme qui à l’inverse apprécie se laisser surprendre. Selon lui c’est en se perdant que l’on en apprend le plus sur soi et sur le pays que l’on visite. Donc j’accepte de perdre le contrôle et de partir sans faire un itinéraire précis et sans savoir où nous allons dormir. Et jusque-là, ça nous a plutôt bien réussi.

J’apprends que la qualité se cache partout

Je découvre aussi la cuisine Thaï, réputée pour être l’une des plus raffinée du monde. Non seulement je me régale, mais tout ça pour seulement quelques euros. Et ce à tous les coins de rue et même dans des petits « bouis-bouis » qui d’un premier abord ne laisseraient pas imaginer une telle qualité.

Attention aux piments !

J’apprends que derrière la beauté se cache aussi la pauvreté

La Thaïlande est un pays magnifique où se côtoient les grandes villes et leurs gratte-ciels, les forêts luxuriantes, les montagnes si typiques de l’Asie, les plages de sable blanc et les resorts luxueux. Mais lors de mes trajets, j’ai aussi pu observer de nombreuses habitations en tôles aux abords des gares de campagne notamment. Témoignage d’une vie plus rude pour certains habitants.

J’apprends à me maîtriser

La Thaïlande c’est aussi ses animaux sauvages. Dans toutes les villes vous trouvez de nombreux chiens et chats errants. Toutefois, jusqu’à maintenant aucun d’entre eux ne s’est montré agressif. Au contraire, ils sont plutôt habitués à la présence humaine et viennent facilement vous amadouer dans l’espoir de vous soutirer un peu de nourriture.

À l’inverse, d’autres animaux sont un peu plus inquiétants. Comme les centaines de singes qui vivent dans la colline où est niché le temple Wat Thammikaram. Ces singes sont réputés pour chaparder sacs et provisions que les visiteurs apportent avec eux. Et même si on n’est pas réellement en danger, ils ont quelque chose d’oppressant. S’ils vous tolèrent sur leur territoire, ils vous garderont tout de même toujours à l’œil. Le mieux est de les ignorer. Mais j’avoue avoir dû lutter contre l’envie de rebrousser chemin à plusieurs reprises.

Les singes chapardeurs de Prachuap Khiri Khan

J’apprends la patience

Je ne veux pas faire une généralité parce que je n’ai pris le train que 3 fois depuis mon arrivée. Mais à chaque fois, il est arrivé en gare avec 20 minutes à 1 heure de retard. De plus nous roulions assez lentement. Mais je reste patiente. J’en profite pour contempler les paysages par la fenêtre ouverte et savourer le café frappé vendu à bord.

Les rizières entre Bangkok et Petchaburi

J’apprends à faire confiance

En Asie, la coutume veut que vous laissiez vos chaussures avant d’entrer dans une maison mais aussi dans la plus part des commerces. Avec mes réflexes à l’occidentale, au début je craignais de devoir rentrer pieds nus à ma guesthouse. Mais finalement, chacun se fait confiance et retrouve ses chaussures en partant.

J’apprends le silence

Et enfin je vous ai gardé le meilleur pour la fin. En voyage, je reste sans voix devant l’intensité des paysages grandioses.

Quoi de mieux que voyager pour sortir de sa zone de confort ? Voici les 10 leçons que j'apprends depuis que je suis en Asie
Coucher de soleil sur la baie de Hin Kong à Koh Phangan

 

Et vous, comment sortez-vous de votre zone de confort ? Qu’est-ce que ça vous apprend ?

N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires !

 

En voyage, j'apprends à sortir de ma zone de confort
Pour retrouver rapidement cet article, épinglez-le sur Pinterest

Cet article vous a plu ? Dites-le au monde entier !
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

5 Comments

  1. Absolument d’accord avec ton article ! Je vis au Japon, alors je ne sais pas si c’est le fait d’être en Asie aussi, mais le silence, la confiance, la patience etc., ça me parle vraiment ! Je pense que voyager apprend aussi à mieux se connaître, à relativiser et à voir la vie du meilleur côté qui soit.

    1. Merci pour ton passage sur le blog.
      Quelle chance d’être au Japon. C’est une culture qui m’attire beaucoup. J’espère pouvoir y faire un séjour prochainement.
      A bientôt !

  2. Joy

    Je suis tellement d’accord avec ce que tu écris. Voyager, ce n’est pas seulement découvrir une nouvelle culture et de beaux paysages, c’est aussi (et peut-être même surtout) apprendre sur soi-même … Personnellement, mes voyages m’ont apportés beaucoup plus que mes études 🙂

    1. Merci Joy pour ton témoignage. Tu confirmes qu’il y a bien plus à gagner qu’à perdre.
      J’espère que ça donnera envie de se lancer aux lectrices qui hésitent encore !
      A bientôt !

  3. […] Voyager c’est apprendre. Cécile nous donne les 10 leçons qu’elle a apprise en Thailande […]

Leave a Reply

Required fields are marked*