Ne passez pas à côté du bonheur à cause de cette petite phrase à priori insignifiante et que nous avons toutes dite au moins un fois.
Développement personnel

La phrase anti-bonheur que nous disons toutes

Cet article vous a plu ? Dites-le au monde entier !
  •  
  •  
  •  
  • 10
  •  
  •  

Hello chères Audacieuses ! N’avez-vous jamais prononcé ces 3 mots ? Cette toute petite phrase qui à elle seule fait s’éloigner toute perspective d’un bonheur prochain ? Vous ne voyez pas de quoi je parle ?

Laissez-moi vous mettre dans le contexte. Ces derniers temps, vous sentez que vous n’avez pas le moral. Vous en discutez avec votre meilleure amie. Et après lui avoir confié vos problèmes, dans un soupir vous lui dites : « Mais bon c’est rien, ça va passer« . Ça va passer. Cette phrase à priori insignifiante a le pouvoir de détruire toutes vos chances d’accéder au bonheur.

Vous trouvez que j’exagère un peu ? Pourtant, en la supprimant de votre vocabulaire c’est toute votre vie qui peut changer. Et voici comment.

C’est quand le bonheur ?

Pour commencer, laissez-moi vous raconter l’histoire de mon ancienne collègue, qui est loin d’être un cas isolé. Tous les matins, elle arrivait au bureau en disant « Vivement c’soir qu’on s’couche ! ». Cette petite habitude nous faisait sourire parce que nous avions tous plus ou moins le même sentiment.

Et plus tard à la pause, nous pouvions rire ensemble de notre non-épanouissement. Stress, épuisement, manque de reconnaissance, ennui, etc. Nous nous défoulions autour de notre café et avions fini par croire que le bonheur est réservé aux weekends et aux jours de congés.

Alors en attendant ces jours bénis, nous serrions les dents en nous disant que ça ira mieux plus tard, que ça va passer. C’était il y a 2 ans. Certes le temps a passé, mais ÇA n’a pas passé. Et ma collègue a fait un burn-out.

Pourtant, tout ça était évitable.

Mais lorsque nous disons ça va passer, nous lançons nous-même notre malédiction. Pourquoi ? Parce que nous faisons alors le choix de la passivité. Et en disant ça va passer, nous disons : « oui je vais mal, mais non je ne fais rien pour aller mieux ».

Nous acceptons la situation. Par manque de temps, parce que nous ne savons pas comment faire, parce que nous avons peur de ce que nous allons découvrir sur nous, parce que nous avons peur de changer, de sortir de notre zone de confort, etc. Les raisons sont multiples, mais le résultat est toujours le même.

Et vous avez raison, tout cela fait peur. Mais ne voulez-vous pas être heureuse ?

Nous voulez-vous pas vous réveiller chaque matin excitée par la journée qui commence ?

Le pouvoir des mots

Pour accéder au bonheur, il faut déjà prendre conscience que ce n’est pas ça qui ne va pas. C’est vous qui n’allez pas bien. Et sans action de votre part, le mal-être ne va pas passer tout seul. Vous allez seulement vous y habituer et aller droit dans le mur comme l’a fait mon ancienne collègue.

Pourtant, en remplaçant le mot « ça » par « je », vous faites un grand pas en avant.

Ça vous paraît trop simple pour être efficace ? Mais en faisant cela, ce n’est plus ce ça abstrait qui ne va pas. Vous admettez que c’est vous. Ainsi vous quittez la passivité facile mais mortelle du « ça va passer » et reprenez le pouvoir sur votre vie.

Je ne vais pas bien. Mais je vais tout faire pour aller mieux !

En route vers votre bonheur

Alors bien-sûr ça n’est que la première marche de l’escalier qui mène au bonheur. Mais il ne faut surtout pas la minimiser. Au contraire, félicitez-vous d’être sur la bonne voie !

Et tant que vous êtes sur votre lancée, pourquoi ne pas monter la deuxième marche en faisant votre bilan de vie ?

 

Et vous, êtes-vous du genre à dire « ça va passer » ?

N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires !

 

Ne passez pas à côté du bonheur à cause de cette petite phrase à priori insignifiante et que nous avons toutes dite au moins un fois.
Épinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement

Cet article vous a plu ? Dites-le au monde entier !
  •  
  •  
  •  
  • 10
  •  
  •  

Leave a Reply

Required fields are marked*