Passer à l'action : comment dépasser sa peur d'agir, de se tromper, de l'échec et de réussir et oser réaliser ses objectifs et projets.
Développement personnel

Comment dépasser sa peur de passer à l’action

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis 😊

Hello chers Audacieuses et Audacieux ! Vous avez décidé qu’il est temps d’oser et passer à l’action ? En général, c’est là que vous me répondez « oui, mais j’ai peur… de changer, d’échouer, de faire différemment », etc. Ça serait dommage d’en rester là, non ? Dans cet article, je vous propose de voir comment dépasser sa peur de passer à l’action, pour mieux oser faire tout ce qui vous tient à cœur.

🎁 Atelier gratuit 🎁

Clarté & Attraction

3 étapes magiques pour créer la vie que vous aimez (même si vous ne savez pas encore ce que vous voulez).

Passer à l'action : comment dépasser sa peur d'agir, de se tromper, de l'échec et de réussir et oser réaliser ses objectifs et projets.
📌 Épinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

5 clés pour dépasser sa peur de passer à l'action

Accepter votre peur

La première clé pour dépasser sa peur est tout simplement d’accepter que nous avons peur. C’est normal d’avoir peur quand on se lance dans un projet, quel qu’il soit.

J’irais même jusqu’à dire que c’est une bonne chose. Parce qu’elle nous montre que notre projet nous tient à cœur. Nous en parlions déjà dans un de mes tous premiers articles en 2017.

>>> Article en lien : Pourquoi vous allez aimer avoir peur

Mettre des mots sur ce qui vous fait peur

Ensuite, que notre projet soit petit ou grand, pour passer à l’action quand nous sentons que nous bloquons sans raison apparente il est nécessaire de nous demander de quoi nous avons peur.

Voici les 3 principales peurs que je retrouve chez les membres de mes formations et mes lecteurs :

Dépasser la peur de se tromper

« Céciiiiile, comment je peux être sûre de ne pas me tromper ?« 

Citation pour dépasser la peur de se tromper et passer à l'action

C’est la question que je reçois le plus ! Et bien entendu, il est possible de faire de moins en moins d’erreur en apprenant à mieux se connaître, en développant son intuition, en se formant, etc. Mais nous ne pouvons pas être sûrs à 100% que nous ne nous trompons pas.

Par contre, pour dépasser la peur de se tromper nous pouvons dédramatiser nos erreurs. Parce qu’au fond, elles ne sont qu’une étape de l’apprentissage. Et il ne tient qu’à nous de faire de nos erreurs des expériences constructives, pour ne plus les refaire ensuite.

Dépasser la peur de l'échec

La peur de l’échec revient aussi très souvent. Pourtant, je crois de moins en moins à son l’existence. Parce qu’au fond, que se passera-t-il si nous échouons dans notre super projet ? Rien !

Peut-être aurons-nous un peu honte d’avouer à notre entourage que nous n’avons pas réussi. Mais une fois la gêne passée, nous pourrons revenir à notre vie telle que nous la connaissons et à nos habitudes réconfortantes. Autrement dit, nous resterons dans notre zone de confort. Ce qui, soyons honnête, ne fait pas peur du tout 😉.

C’est pour ça que je vois la peur de l’échec comme un mythe, qui empêche de se poser les bonnes questions.

Alors que si nous réalisons notre projet, c’est peut-être toute notre vie qui changera. Probablement pour le meilleur. Mais n’empêche que ça reste la terre inconnue. Et l’inconnu fait peur.

Dépasser la peur de réussir

Et oui, derrière toute procrastination se cache la peur de réussir. Parce que tout projet qui réussi implique d’aller vers l’inconnu, de changer ses habitudes et de faire des choses que nous n’avons jamais faites auparavant.

Et c’est d’autant plus fort si personne dans notre entourage n’a réalisé le même type de projet que le nôtre avant nous. Parce que nous n’avons aucun modèle et référence à suivre pour nous aider.

Donc quand nous remettons au lendemain un projet, il est toujours intéressant de se demander qu’est-ce qui changera dans notre vie si ce projet est un succès. Nous devrions mieux cerner ce qui nous fait vraiment peur.

Par exemple, une reconversion professionnelle peut réveiller la peur de manquer d’argent ou encore remettre en question l’équilibre de notre couple.

Lever les blocages intérieurs pour dépasser sa peur

Par ailleurs, il est aussi possible que la réalisation de notre projet entre en conflit avec certaines croyances que nous portons. Celles-ci peuvent être conscientes et inconscientes. C’est ce que j’appelle des blocages intérieurs.

Ainsi, imaginons une personne qui découvre le développement personnel et veut être plus heureuse. Mais qui, sans s’en rendre compte, porte aussi la croyance qu’être heureux c’est égoïste, surtout par les temps qui courent. Le mental dit « je veux être heureuse« , mais l’inconscient dit « c’est égoïste. Et tu ne veux pas passer pour une égoïste, n’est-ce pas ?« .

Faire ces prises de conscience pour lever ses blocages intérieurs c’est tout l’enjeu du coaching. Et si vous voyez que vous n’y arrivez pas par vous-même, je vous suggère de vous faire accompagner. Vous gagnerez du temps.

>>> Article en lien : Comment bien choisir un coaching ou une formation de développement personnel

Enlever la pression du résultat pour mieux oser

Ensuite, bien qu’il soit utile de se fixer des objectifs clairs et ambitieux, il peut arriver que l’enjeu nous paralyse.

>>> Article en lien : Comment se fixer et suivre ses objectifs

Pour enlever la pression du résultat et passer à l’action plus facilement, il devient alors nécessaire de revenir à un objectif plus léger : faire les choses avec joie. C’est-à-dire que pour atteindre nos objectifs, il est nécessaire de trouver de la joie et de l’amusement dans les actions que nous faisons pour les atteindre.

Par exemple, si votre objectif du moment est de vous lever plus tôt, je vous invite à trouver une action qui vous met en joie, à faire dès le lever. Comme écouter une chanson qui vous met de bonne humeur (et danser dessus, si vous aimez ça), aller voir discrètement votre enfant qui dort encore, regarder le lever du soleil, etc.

Passer à l'action facilement en faisant une action chaque jour

Enfin, pour atteindre nos objectifs, en particulier ceux sur le long terme, il sera plus facile de les décomposer en petites actions et d’en faire une chaque jour (avec joie et amusement, n’est-ce pas 😉).

Ainsi, plutôt que de risquer de nous figer en regardant le somment de la montagne à gravir, nous nous concentrons sur le pas que nous allons faire aujourd’hui. Ça nous aide également à lever la pression du résultat. Et c’est motivant de voir que nous avançons chaque jour.

D’ailleurs, j’aime bien suivre la réalisation de ces petites actions quotidiennes dans mon bullet journal. Et c’est toujours un plaisir de remplir mon suivi une fois l’action réalisée.

>>> Article en lien : Comment suivre ses objectifs dans son bullet journal

Merci à tous pour votre lecture !

💬💬💬

Et vous, comment pouvez-vous passer à l’action aujourd’hui ? Venez partager votre avis en commentaires.

⬇⬇⬇


Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis 😊

  1. Agnes

    Parfois, meme souvent, si on fait des erreurs les consequences peuvent etre importantes comme perdre son emploi ou se retrouver en prison…

    1. Hello Agnès, c’est dans les conséquences de nos erreurs (petites et grandes) que se trouvent les leçons de vie et les occasions de se dépasser 🙂 Rien n’est insurmontable. Et il y a franchement peu de risques de se retrouver en prison pour oser être soi-même (à moins de s’appeler Hannibal Lecter 😂).
      Si tu ne l’as pas encore fait, je te suggère d’explorer ces 2 peurs avec les exercices du jour 8 de la formation.
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont signalés par une*